28/11/2005

Vol de nuit (je n'aime pas ce texte -_-)

Il ne voulait pas, moi, cela ne me posait aucun problème…Que du contraire, et puis j’ai raison, Tito Los Callos ne lui aurait pas donné le Talisman du Berger, alors, autant le voler ! J’ai mis du temps avant de convaincre Franck du bien-fondé de cette opération, pourtant j’ai réussi….

 

Un mois pour préparer l’expédition, un mois pour infiltrer la propriété et le grand soir est enfin arrivé…. Les gazs soporifiques ont été diffusés dans toute la maison, les gardes dorment pour deux heures, plus qu’il n’en faut pour dérober le Talisman. Tito et sa famille sont de sortie

 

La nuit est calme, chaude, enivrante. Pendant que les techniciens informatiques s’occuppent de maîtriser les caméras et de déverouiller certaines système, je m’apprête. Etant la plus fine du groupe, c’est à moi qu’incombera la tâche de m’infilter dans le coffre-fort, enfin, la pièce d’exposition.

 

Baudrier arnaché, sanglé, vêtements noirs très très près du corps, cheveux nattés et enroulés dans du tissus serrant, rien de dépasse, me voici prête. Le mécanisme est placé sur le toit, la verrière est ouverte, je me laisse descendre, lentement….STOP, d’un geste, j’arrête tout, je ne saurais pas passer comme cela entre les lasers…On me remonte, je me couche sur le ventre et me laisse glisser la tête la première, je tend un bras pour tout arrêter…. J’enroule une jambe autour du filin, puis l’autre, les bras dans le prolongement du corps, après avoir vaporisé un révélateur, pour les lasers cachés….On descend, doucement… Il s’arrête, je suis à la bonne hauteur…

 

Taper le code, prendre le Talisman, vite, je n’ai plus beaucoup de temps, le glisser contre ma poitrine….Glisser la réplique….Et on remonte, mais tout ne se passe pas comme prévu, le Talisman me brûle attrocement…Serre les dents, ne laisse pas les larmes tomber ! Enfin remonter, on enlève le Talisman….Sur mon ventre, une étoile s’est imprimée, rouge comme le sang… Erwin applique une crème cicatrisante préparée par Franck, il a les mains chaudes, ça me fait mal….

 

Nous repartons, la douleur se calme…Quand Tito rentrera, il trouvera ses gardes endormis, mais rien d’autre….


19:44 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.