09/09/2005

Démon'z'émerveilles

Un bloc de métaplastique transparent, un liquide bleuâtre, un corps, des tuyaux. Un être, une femme, masque à oxygène sur la bouche et le nez, câbles et électrodes divers sur son corps. Nue. Les encéphalogrammes et cardiogrammes bipent, le liquide régénérant et de stase glougloute tranquillement, quelques chapelets de bulles s’échappent à intervalles réguliers du masque. Tranquillité.

 

Deux hommes en blouses blanches observent, surveillent, notent, mais ne sont pas d’accord. Doit-on la laisser vivre ? La tuer ? La laisser en stase ? La dispute est violente, les blouses blanches se battent. Vivre ou mourir ? L’un tue l’autre. Du sang. Un accident, vite le camoufler en accident… Le bon samaritain, emmène à l’infirmerie…L’odeur du sang.

 

Un œil s’ouvre. L’autre. Les machines surbipent, s’agitent. Du sang. Elle se déplie. Nue. Le masque est arraché, la vitre brisée. Alerte. Avide, elle se jette sur le sang, le lape. Erreur fatale, il aurait mieux valut la tuer.

 

On a réveillé un démon…


21:03 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.